Liens d'évitement



Théâtre du Capitole

Nikolai Schukoff (ténor Pedro)

Au Théâtre du Capitole
Grandeur et décadence de la ville de Mahagonny (2010)
Cavalleria rusticana (2014)






Né à Graz, le ténor autrichien compte parmi les voix les plus importantes de la scène lyrique internationale actuelle. Après ses études au Mozarteum de Salzbourg, où il obtient la Médaille Lilli Lehmann, il débute en 1996 dans le rôle d’Alfredo (La Traviata) à l’Opéra de Gelsenkirchen où il passera plusieurs saisons en troupe, tout en étant déjà invité au Deutsche Oper am Rhein, à Salzbourg, à l’Opéra de Lyon, au Châtelet, à l’Opéra-Comique ainsi qu’au Scottish Opera et à l’Opéra de Sidney. C’est avec des rôles plus dramatiques tels que Siegmund dans une version de concert du 1er acte de La Walkyrie à la Philharmonie de Berlin en décembre 2006 ou Parsifal à l’Opéra de Munich en avril 2007 qu’il accède à la reconnaissance internationale. Nikolai Schukoff a par ailleurs chanté Parsifal en version de concert au Palais des Arts de Budapest et à Saint-Jacques de Compostelle, Steva (Jenůfa) au Teatro Real de Madrid, Pollione (Norma) au Châtelet, Parsifal à l’Opéra de Dresde et à Hambourg, Don José (Carmen) au Festival de Baden-Baden et à l’Opéra de Zurich, Pylade (Iphigénie en Tauride) au Liceu de Barcelone, Jim Mahoney (Mahagonny au Capitole de Toulouse), Parsifal à Paris et à Munich – où il a chanté aussi Dionysos (des Bassarides de Henze), Eisenstein dans La Chauve-souris et Erik du Vaisseau Fantôme. Ces dernières saisons, on a pu le voir en Quint et Prologue du Tour d’écrou de Britten à Vienne, Grigori dans Boris Godounov et Bacchus (Ariane à Naxos) à Valence, dans le rôle-titre de Parsifal à l’Opéra de Lyon et les Gurrelieder avec l’Orchestre Philharmonique de Vienne sous la direction de Zubin Mehta. La saison 2012/13 l’a vu débuter par une interprétation acclamée du Prince dans une nouvelle production de Rusalka à Göteborg. Il a ensuite incarné Don José (Carmen) dans une nouvelle production à l’Opéra de Paris avant de faire ses débuts au Metropolitan de New York comme Don José également. Parmi ses engagements majeurs, notons Florestan (Fidelio) à l’Opéra de Lyon et au Festival d’Edimbourg, Parsifal à Hambourg, Foresto (Attila) au Theater an der Wien. Cette saison, Nikolai Schukoff reprend Waldemar (Gurrelieder) au Festival Enescu et continue avec Cavaradossi (Tosca) à Cologne, Siegmund (La Walkyrie) sous la direction de Zubin Mehta à Valence ainsi que la Faust Symphonie de Liszt avec l’Orchestre philharmonique de Berlin sous la direction de Riccardo Chailly. Dernièrement il a chanté Parsifal à Munich, Œdipus Rex à Paris, Tamino au Festival de Bregenz, Lohengrin à Amsterdam, Don José au Liceu de Barcelone. Parmi ses enregistrements, citons Le Baron tzigane de Johann Strauss, Max du Freischütz, l’Empereur de la Femme sans ombre au Teatro Real de Madrid, etc. La saison dernière, il a chanté La Juive à Lyon, Le Vaisseau fantôme à Seattle et Madrid, Grandeur et décadence de la ville de Mahagonny à Santiago du Chili et au Colón de Buenos Aires, Le Tour d’écrou à l’Opéra national du Rhin. Un enregistrement d’Otello devrait également paraître (Orchestre Gulbenkian, dir. Lawrence Foster).

Informations

En raison du Marathon de Toulouse, ce dimanche 22 octobre, nous tenons à vous informer que l’accès au centre-ville et à la place du Capitole sera réduit.
> Plus d’informations.