Liens d'évitement



31 décembre 2015
Les Caprices de Marianne


De Musset à Sauguet : une idée de l’élégance

Le 30 juillet 1954, le Festival d’Aix-en-Provence faisait entendre pour la toute première fois Les Caprices de Marianne, opéra de Sauguet d’après la pièce éponyme d’Alfred de Musset. Sauguet n’en était pas à son coup d’essai en matière d’opéra puisque, quelque vingt ans plus tôt, c’est Stendhal cette fois qu’il avait mis en musique, avec une audacieuse Chartreuse de Parme. Musicien éclectique, réellement amoureux de la voix – et la connaissant bien –, Henri Sauguet mérite mieux que le long purgatoire dans lequel il est tenu. Cette vaste coproduction des opéras de France menée sous l’égide du Centre français de Promotion Lyrique* permet de revisiter ce chef-d’œuvre délicat, typique d’une certaine idée de l’élégance française.

le résumé
Cœlio est épris de Marianne, l’inflexible épouse du juge Claudio.
Se sachant maladroit, il demande à son ami Octave de plaider sa cause auprès de la jeune femme.
Celle-ci, après avoir montré une froide hauteur, se laisse finalement attendrir. Mais c’est du messager qu’elle tombe amoureuse !
Les doutes du mari viendront conclure violemment ce drame humain où Musset avait su capter le meilleur de l’esprit romantique.




*Centre français de Promotion Lyrique (CFPL)


Créé en 1970, le Centre français de Promotion Lyrique est une association loi 1901 aujourd’hui composée des principaux directeurs d’opéras en fonction, sur l’ensemble du territoire français, en Belgique, en Suisse et en Allemagne. Il a pour mission d’organiser des productions en tournées, comme ce fut le cas dernièrement avec Le Voyage à Reims de Rossini (2008-2011), favorisant l’insertion de jeunes talents du monde lyrique dans le cadre d’une coproduction exceptionnelle. Il organise également des auditions pour faire découvrir les jeunes espoirs de la scène lyrique aux différents directeurs en poste, et propose aux jeunes artistes des formations, stages de préparation musicale et scénique. Le CFPL depuis 2012 décerne des Prix aux lauréats de Concours internationaux. Avec le projet des Caprices de Marianne, le CFPL a ainsi pu mutualiser les forces vives de l’opéra français, mutualisant à grande échelle les coûts liés à la production, fabrication des décors (Opéra national de Bordeaux), des costumes (Opéra de Tours pour les hommes, Opéra Grand Avignon pour les costumes féminins), les perruques (Théâtre du Capitole), les répétitions (Opéra de Reims) etc. La saison prochaine, le CFPL proposera un opéra en création mondiale, L’Ombre de Venceslao, commande spécifique à Martin Matalon pour la musique et Jorge Lavelli pour le livret et la mise en scène.

Informations