Liens d'évitement



Théâtre du Capitole

Mauro Bigonzetti



Natif de la Ville éternelle, Mauro Bigonzetti aime à rappeler qu’il est né, en 1960, dans l’un des quartiers les plus ouvriers de Rome, à côté des studios de Cinecittà : « Les premières années de mon enfance sur l’Appio Tuscolano sont liées à la mémoire du contour d’un navire à l’horizon, que je voyais depuis notre balcon. Plus tard, j’ai su que c’était le paquebot d’Amarcord. L’émotion de ce monde fellinien, à seulement un jet de pierre de mon immeuble, est encore en moi aujourd’hui. »
À l’âge de onze ans, il entre à l’École de danse de l’Opéra de Rome pour, huit années plus tard, y être engagé comme danseur. Il y reste quatre ans ; après quoi, motivé par un désir d’expériences nouvelles, il part pour l’Aterballetto, à Reggio-Emilia, alors dirigé par Amedeo Amodio. Il se produit dans toutes les chorégraphies du répertoire de cette troupe. Les collaborations qui l’ont alors le plus marqué, ont été celles avec Alvin Ailey, Glen Tetley, William Forsythe et Jennifer Muller. En 1990, il crée sa première chorégraphie, Sei in movimento, sur une musique de Jean-Sébastien Bach car « danser devient ennuyeux ». Mais ce n’est que quelques années plus tard, en 1993, qu’il décide de s’exprimer exclusivement par le langage chorégraphique. Il quitte alors Aterballetto pour Florence où il est, à la fois, chorégraphe résident du Ballet de Toscane et chorégraphe indépendant. A Florence, il trouve l’environnement idéal pour travailler et crée, en moyenne, une pièce par an : Turnpike, Del doman non v’è certezza, Mediterranea, TorinoDanza 3D, Pression, Voyeur, Le Mandarin merveilleux, Don Giovanni emozioni di un mito, Blue Note
En 1997, Aterballetto lui propose le poste de directeur artistique et de chorégraphe principal, qu’il accepte aussitôt. Avec Federico Grilli, le Président d’Aterballetto, il crée un nouveau répertoire et une nouvelle compagnie, qu’il dirigera jusqu’en 2008. En effet, à cette date, il reste chorégraphe principal mais la direction artistique est confiée à la fondatrice et ancienne directrice du Ballet de Toscane, Cristina Bozzolini.
Depuis 2012, il a repris son travail de chorégraphe indépendant. Ses oeuvres les plus importantes sont Persephassa, Furia Corporis, Comoedia Canti, Le Songe d’une nuit d’été, Rossini Cards, Les Noces, Psappha, Orma, Roméo et Juliette, I Fratelli, InCanto dall’Orlando Furioso, Terra, Come un respire, Le Sacre, Canto per Orfeo… et font partie du répertoire des plus grandes compagnies de ballets du monde. Influencé par le post-classicisme de Forsythe, certains critiques de danse l’ont même baptisé le « Forsythe latin » car, il développe un style plastique et acrobatique privilégiant l’énergie et la vitesse. Néanmoins, son style est unique qui fait côtoyer vocabulaire classique et technique résolument moderne.

Informations

Fermeture exceptionnelle de la billetterie le 28/06/2018 de 13h à 16h30. Réouverture de 16h30 à 17h45.

Le Théâtre du Capitole recrute :

- Des danseurs et des danseuses (Solistes et Corps de ballet)

- Un tenor 1